Le tatouage polynésien

Patrick Perret

Publié le 03/06/2024

Les températures baissent, grrrr… besoin de soleil et de chaleur? Et si on partait un petit coup en Polynésie? Pourquoi? Pour se faire tatouer, bien sûr!

Etymologie

Le terme Tatoo ou tatouage en français est dérivé du mot Tatau en polynésien signifiant frapper. Il provient aussi du mot tahitien «Ta-Atua», celui-ci étant le couplage du mot «Ta»: dessin inscrit dans la peau et «Atua» signifiant esprit. Il est à noter que le grand explorateur James Cook fut le premier à angliciser le terme tatau, le transformant ainsi en Tatoo lorsqu’il inscrivit ses aventures dans son journal de bord. Un article sur ce grand monsieur se trouve d’ailleurs dans le journal que vous avez entre les mains. 

 

Divine légende

Il était une fois, pendant le pô*, les fils du dieu Ta’aroa, Mata Mata Arahu et Tu Ra’I Po, tous deux faisant partie d’un groupe d’artisans, tombèrent amoureux de Hina Ere Ere Manua, fille du premier être humain, prisonnière depuis que celle-ci était devenue adulte. Pour la séduire, ils inventèrent le tatouage et s’enjolivèrent d’un motif. Ils réussirent ensuite à enlever la jeune femme avec son accord car elle aussi voulait se faire tatouer. Les frères transmirent ensuite leur savoir aux hommes très intéressés par cette pratique. Ces derniers l’utilisèrent alors en abondance. Les frères devinrent ainsi les dieux du tatouage.

 

Rang social

Le tatouage était traditionnellement réservé aux classes sociales élevées comme les rois, les prêtres, les chefs de village ou les guerriers. Le ta-tau* symbolisait aussi l’identité, la maturité sexuelle, la personnalité de l’individu et se transformait tout au long de sa vie, racontant son parcours. 

 

Un rituel douloureux

Le processus de marquage commençait à l’adolescence quand le garçon ou la fille sortait de l’enfance pour passer à l’âge adulte. L’opération était extrêmement douloureuse. Les outils utilisés étant constitués d’un maillet en bois et de peignes taillés dans de l’os ou des écailles de tortue. L’encre était faite à base de suie provenant de la combustion d’amandes d’aleurites ou de noix de bancoule, mélangées à de l’eau ou du lait de coco. Les motifs étaient au préalable dessinés sur la peau avec du charbon de bois. Ce rituel était en général organisé en une séance unique. Lors de cette cérémonie, on invoquait l’esprit des ancêtres pour que le tatouage soit parfait et que ses lignes soient harmonieuses et agréables à regarder. Le tout était guidé par les danses, les chants et les instruments de musiques traditionnels.

 

Le déclin

Le déclin de cette pratique a commencé avec l’arrivée des missionnaires en Polynésie française au 19ème siècle et  elle s’est pratiquement éteinte au 19ème siècle. Cet art, ainsi que la polyandrie*, la consommation de viande humaine et le culte des divinités considérés comme païens ont été sujets à débats au sein des autorités françaises jusqu’au début du 20ème siècle.

 

 

Le renouveau

Dans les années 80, le tatouage polynésien connaît un renouveau dans les îles du Pacifique Sud grâce à certains tatoueurs venus de l’archipel des Samoa organisant des concours. Grâce à eux, les coutumes polynésiennes, danses, artisanat, levés de pierre, lancers de javelots, courses de pirogues, commencent à reprendre de l’importance. Pour le cannibalisme, rassurez-vous, cette pratique a complètement disparu.

Symbolisme

Bien-entendu, ces tatouages ont certaines significations. Petit tour d’horizon.

Le Tiki

Le Tiki est une représentation humaine des demi-dieux polynésiens: des ancêtres déifiés ayant été sublimés après leur mort. Il symbolise principalement la protection et la puissance. Ce motif est principalement utilisé comme porte bonheur. 

La Tortue

Celle-ci est très importante dans la culture polynésienne. Elle symbolise la force et la protection. Elle est considérée comme une divinité facilitant le passage des âmes vers leur lieu de repos.

L’Océan

Destination finale au terme de la vie. L’ Océan est un tatouage très courant en Polynésie. Symbole de l’au-delà, il peut aussi représenter l’éternité.

Le soleil

Souvent associé à d’autres symboles, il revêt diverses significations mais il exprime avant tout l’éternité, une source liée à la vie et à la mort.

Le dauphin

Le tatouage de dauphin représente la liberté. Dans la mythologie polynésienne, le dauphin a dirigé les Maoris vers la terre promise tout en les protégeant contre les attaques de requins.

 

People

Certains peoples sont issus du peuple polynésien et tatoués selon leur culture. Il s’agit de Dwayne Johnson, alias «The Rock», ex star de catch et superstar de cinéma et de Teiheura, ex candidat légendaire de l’émission «Koh-Lanta». Un petit combat avec The Rock? Une petite course d’orientation avec Tehe? Votre serviteur ne va même pas essayer et vous?

*Pô : Temps obscurs

*Ta-Tau: tatouage en polynésien

*Polyandrie: le fait pour une femme 

 d’avoir plusieurs maris.

Sources:

Wikipédia, www.tarawa.com,

www.blog.tattoome.com,

national géographic.

Autres articles de presse

Les Vikings, le phantasme de la violence

Nul doute que l’Église est très influente à l’époque médié- vale. Jean-Michel Matz et Anne-Marie Helvétius le rappelle dans leur ouvrage «Église et société au Moyen-Âge». Au paroxysme de son pouvoir, elle a établi le long des côtes et rivières un grand nombre de monastères et d’abbayes. Ces bâtiments étaient habités par des moines pacifistes vivant en autarcie. Leur travail et la taille de leur bâtiment leur permettaient de stocker une grande quantité de ressources. Sa puissante influence en Europe la protégeait également de la convoitise des différents seigneurs locaux.

Lire l'article

James Cook (suite)

En 1768, la Royal Society charge James Cook, à bord du HMB Endeavour, d’explorer l’océan Pacifique sud avec pour principales missions l’observation du transit de la planète Vénus du 3 juin 1769. L’Endeavour, un trois-mâts carré du même type de ceux que Cook a déjà commandés est une embarcation solide et idéale en termes de capacité de stockage ainsi que pour son faible tirant d’eau, qualité indispensable pour s’approcher des nombreux récifs et archipels du Pacifique.

Lire l'article