Les Loups de Fenrir

Carlos Montserrat

Publié le 05/08/2024

Maxime Peseux, alias «Björnulv» (Ours loup) qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la reconstitution «Viking»?

C’est un ami de longue date qui m’en a parlé. Je me suis tout de suite intéressé à cette activité et je suis parti à la rencontre d’un groupe de passionnés.

Aujourd’hui ça fait 6 ans que je suis dans l’association des «Loups de Fenrir» et depuis mai 2020, je me suis engagé pour créer ma propre équipe ici en Suisse dans le canton de Neuchâtel.

Nous avons notre propre village Viking à Besançon où nous nous retrouvons régulièrement avec les Loups de Fenrir d’autres régions.

Est-ce que vous pouvez vous présenter, ainsi que votre groupe?

Je m’appelle Maxime Peseux et pratique le métier de boucher en Suisse à Mutrux dans le canton de Vaud à la boucherie au Clos Cornu. J’ai 30 ans cette année. je suis français, originaire du Doubs et mon nom de reconstitution est Bjørnulv. Je suis le président de l’association  Fenrìr Ùlfar Les loups d’Helvetia.

Pourquoi les loups de Fenrir?

Les loups de Fenrir ont été créés en Franche-Comté en 2013.

C’est l’esprit uni d’une meute familiale qui est symbolisé ici par notre bouclier.

Fenrir est le Loup qui déclenche le Ragnarok, le crépuscule des dieux.

Ses enfants sont Skol et Ati. Ils courent dans le ciel pour manger «le lune» et «la soleil» (en vieux norrois la lune est masculine et le soleil féminin) pour provoquer la fin des temps et le renouveau. Comme vous pouvez le voir, leur image est sur nos boucliers et notre bannière, ainsi qu’une Svastika, symbole solaire et d’infini.

C’est l’idée du cycle éternel. L’hiver, par exemple, les jours sont plus courts que l’été où ils sont plus longs, et tout cela se répète à l’infini..

Aujourd’hui, notre association se répartit en plusieurs branches.

En France, nous sommes en Franche-Comté, en Haute Savoie et dans l’Ain, proches de Genève, en Isère, dans l’ouest de la France: Bretagne, Normandie et en Mayenne. En Suisse, nous sommes  sur les cantons de Neuchâtel, de Berne et du Jura.

Qu’est-ce qui vous fascine chez les Vikings?

C’est leur mode de vie dans son ensemble, leur manière de se réchauffer et de cuisiner, ainsi que leur vie civile et militaire.

J’ai toujours été passionné par les récits mythologiques nordiques d’aussi loin que je m’en souvienne. Quant j’étais enfant, on me parlait surtout des religions classiques mais cela ne me correspondait pas.

Les Vikings ont voyagé aux quatre coins du monde… certains à l’ouest (Angleterre, Normandie), d‘autres à l’est (Kiev, etc), quelle branche viking vous plaît particulièrement?

Toutes! Globalement dans notre troupe, on se focalise plutôt sur une période allant du 10e au 11e siècle. Les personnages reconstitués sont autant franc ottoniens, scandinaves que kazars.

Moi je me suis spécialisé sur la Norvège car ça a toujours été un pays qui m’attire avec passion.

Comment expliquez-vous que les Vikings fascinent toujours les gens aujourd’hui?

Il y a plein de facteurs différents, les films, les séries, les jeux vidéo, la musique, la religion, les écrits historiques et les romans à l’instar de ceux de Tolkien.

Ce dernier a vraiment contribué à la popularité des Nordiques au travers de ses récits sur la terre du milieu.

Quelles activités organisez-vous? 

Nous nous retrouvons pour des entraînements hebdomadaires au combat et divers ateliers d’artisanat (travail du bois, bijouterie, ferronnerie, tissage de divers textiles en tout genre, perles de verre, la poterie, etc). Ceux-ci sont ouverts au public.

Nous mettons aussi sur pied des stands pédagogiques pour donner des informations précises sur les Vikings avec des activités pour les enfants, de l’archéologie expérimentale et du bushcraft. J’en profite ici pour lancer un appel à toutes celles et ceux qui seraient intéressés par nos activités. N’hésitez pas à nous contacter et nous rejoindre si vous désirez découvrir le monde viking avec nous.

Y a-t-il des festivals vikings?

Oui, il existe plusieurs types d’événements:

Il y a les fêtes médiévales à travers l’Europe où les organisateurs collaborent avec nous pour animer leur manifestation.

Nous sommes d’ailleurs à la recherche de partenariats en lien avec ce type d’événements publics ou privés.

Nous nous retrouvons aussi pour des «Camp off». Ceux-ci se font en privé sans public pour rester dans un cadre immersif.

Nous en organisons un par année dans notre village de Ulfrfold proche de Besançon.

Il en existe un autre dans le Valais organisé par «Les Gardiens du fleuve».

Il y a également les dates ouvertes au public comme notre événement chemin d’histoire à Ufrfold qui a lieu en septembre.

Nous sommes également à la recherche d’un sponsor pour que nous puissions créer nous-même ce type d’événement en Suisse par le biais d’un lieu historique.

Un château, un fort ou autre chose dans le genre.

Il existe des grandes batailles à l’étranger dans lesquelles nous combattons pour défendre nos couleurs.

Ce sont des évènements pour lesquels nous nous entraînons toute l’année au sein de notre armée vinir lag.

Cette armée est constituée de plusieurs clans qui se sont unis à travers l’Europe.

Le principal de nos alliés se trouve en France dans diverses régions mais également en Espagne en Angleterre et en Belgique.

Vos costumes sont magnifiques, d’où viennent-ils?

Les artisans qui réalisent nos divers objets sont de partout.

Pour le travail de la sculpture sur bois, nous avons par exemple, «Irminsul création» en Alsace.

Pour la plupart des casques et vêtements pour le combat, c’est un revendeur français «Through History». 

Les vêtements, il y a en France «Nàl viking clothing» mais également en Géorgie «Oldcraft».

Pour la cotte de maille elle vient de Russie de chez «Simunin».

Les bijoux viennent pour la plupart de Pologne.

Les chaussures et le travail du cuir sont de chez «Kvetun» en Géorgie, «Sandòr» en Hongrie et «King Craft» en Pologne.

Les armes sont réalisées par «L’âme et feu» en France «Les Forges de la Doye» en France également, «Wojceck Szanek» en Allemagne, «Paul Bins» en Angleterre. Et encore beaucoup d’autres, trop nombreux pour être tous mentionnés ici.

Les boucliers sont de fabrication maison.

Anaëlle alias Aadny

Je suis Vaudoise. Ce qui m’intéresse chez les Vikings, c’est de reconstituer et revivre leur vie du quotidien, connaître leur nourriture et leurs occupations. Il y a aussi le partage entre êtres humains et l’hydromel bien sûr. J’aime les activités vivantes, c’est pour cela que nous faisons des reconstitutions historiques de campements et de batailles.

Loïse alias Rùna

J’habite à Neuchâtel. J’aime connaître la manière de vivre des Vikings. Je me suis aussi intéressée aux religions païennes et j’ai lu des livres de mythologie scandinave comme l’«Edda». En fait, j’aime la mentalité viking. Ce sont des gens libres. Les femmes sont aussi très libres. Leur vie est aussi proche de la nature.

Dany alias Dreng

Je suis Vaudois. A la base, je suis un grand passionné de jeux vidéos, de mythologie, d’artisanat et de reconstitution historique. Pour moi, la religion viking n’est pas extrémiste. Leur mythologie est contée de manière simple et accessible même à des enfants. Tout le monde peut s’y retrouver. J’aime aussi travailler les matières premières et vivre dans les camps en communauté dans la nature.

Marc alias Thorleiv

Je suis un bernois installé à Neuchâtel. Les Vikings m’ont toujours intéressé d’aussi longtemps que je me souvienne. J’aime beaucoup leur histoire, leur mentalité, leur mythologie et leurs exploits de combattants. On me dit souvent que j’ai l’air d’un Viking. Cela m’amuse.

Autres articles de presse

La voile viking

Cet article aborde l’industrie de la voile viking, sans laquelle l’expansion et même l’apparition du phénomène viking n’aurait probablement pas été possible. Nos informations viennent de deux sources: la recherche archéologique et la littérature.

Lire l'article