Panthéon des dieux chez les Vikings

Anthony Wenger et Carlos Montserrat

Publié le 05/08/2024

Les Vikings avaient une spiritualité riche et diverse basée principalement sur leur observation de la nature. Il y a tout d’abord la déesse mère Nerthus, nourricière et créatrice.

Celle-ci agit dans l’univers aux côtés des forces naturelles que sont le soleil, l’eau, la terre, l’air, le feu et la vie,

Ces forces naturelles ont inspiré la création d’un panthéon de dieux comprenant Odin (Yggr, le redoutable), Odr (fureur) Thor (tonnerre), Jord (terre), Frigg, Freyja (femme), Fjörgyn (il/elle, qui favorise la vie), Sól (le soleil), Máni (la lune), Baldr et Freyr, (seigneur), Surtr (noir du feu), Mímir (mémoire), Bragi (parangon), Logi/Loki (flamme)… et le grand arbre Yggdrasill.   Les Landvaettir sont les esprits tutélaires des lieux naturels tels que les collines, arbres, cascades, pierres… La tête de monstre sculptée sur la proue des bateaux vikings était faite à leur intention, afin d’épouvanter les Landvaettir des pays à investir. Il convenait de l’enlever avant d’arriver en pays ami. La Grande Déesse Mère constitue  ainsi un point capital dans les croyances des anciens scandinaves et germains.

A noter que les Vikings cultivent l’image d’un homme libre dans leurs mythes et sagas rapportées notamment dans les récits de l’Edda. Contrairement à d’autres croyances plus déterministes, les Vikings croient  ainsi en un destin qui peut être infléchi par les actions de l’individu.

La vie après la mort existe aussi pour les Vikings. Certains guerriers morts au combat rejoignent par exemple le célèbre Valhalla, la salle d’Odin où ils festoient et se battent en attendant le Ragnarok, fin du monde et bataille aux côtés d’Odin et d’autres dieux.

Mais il existe l’au-delà du Folkvangr, royaume de Freya, la prestigieuse déesse nordique de la fertilité et de la magie qui emmenait aussi des guerriers tombés au combat.

On mentionnera encore le Helheim, réservé aux Vikings non morts au combat et enfin, le Nastrond, réservé aux méchants, ce qui équivaut à l’enfer dans d’autres religions.

A souligner que l’observation de la nature a poussé les Viking à intégrer certains animaux dans leur croyances.

Cheval

Les chevaux ont une grande valeur spirituelle. pour les Vikings. Leur sacrifice selon des rituels précis et la consommation de leur viande est attesté dans les mythes.  La consommation de viande apporte protection et fertilité.  Leurs ossements sont aussi utilisés comme instruments de magie noire dans les sagas. Parmi les chevaux célébrés par les textes fondateurs figurent celui d’Odin, Sleipnir, qui possède huit jambes et peut voler.

Chiens

Les Vikings adorent les chiens.  Ils sont soit des animaux de compagnie ou de travail.  Leur relation à leur maître est très importante. Il est fréquent de retrouver ces compagnons enterrés aux côtés de leurs maîtres. Le chien qui garde le royaume des morts se nomme Garmr ou Garm.

Corbeau

Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire) sont deux corbeaux, messagers d’Odin. Ils parcourent le monde et viennent murmurer à leur maître ce qu’ils ont vu et entendu.

Loup

Les guerriers se nourrissaient de loups pour acquérir ses qualités. soit la force, la rapidité et l’endurance. Ce rituel donne du courage aux combattants et les place sous la protection des loups.

Ours

Admiré et vénéré pour sa force son courage et son invincibilité, l’ours considéré comme le roi des animaux. Il était d’usage d’offrir un ourson aux rois pour asseoir leur royauté.

Sanglier

Il y a Sæhrímnir, le sanglier consommé chaque nuit par les Einherjar. Mais aussi Hildisvíni, le sanglier de la bataille et monture de Freyja lorsqu’elle n’est pas sur son char tiré par ses deux chats. Les Sangliers de Freyja courent plus vite que n’importe quel cheval.

Autres articles de presse

La voile viking

Cet article aborde l’industrie de la voile viking, sans laquelle l’expansion et même l’apparition du phénomène viking n’aurait probablement pas été possible. Nos informations viennent de deux sources: la recherche archéologique et la littérature.

Lire l'article