UVealism

César Evora

Publié le 03/20/2024

Le tatouage est loin de finir de nous étonner, la preuve…

Découverte

Si vous nous suivez depuis un petit moment sur notre décision d’avoir ouvert la parenthèse sur le vaste monde du tatouage vous savez que nous adorons mettre en lumière la créativité interne et externe sous toutes ses formes. Alors, après les surprenants tatouages dans le milieu carcéral ou bien ceux au henné des artistes marocains, nous voulions vous faire partager les intrigants tatouages ultraviolets de Jonny Hall ou quand la science-fiction dépasse la réalité! 

Tatouage UV

L’artiste basé à Sydney en Australie que l’on surnomme UVealism, s’est imposé au fil des années comme un expert de cette discipline qui est encore très peu pratiquée dans le monde. En plus de réaliser de sublimes tatouages à l’encre noire et aux détails minutieux, il maîtrise tous les codes du tatouage UV. Cette technique nécessite de l’encre spéciale invisible qui ne se révèle qu’à l’aide d’une lampe à rayons ultraviolets. 

Dangers et  conseils 

Malgré son immense popularité, le tatouage UV reste interdit dans la plupart des pays à cause du manque d’information sur les effets néfastes de cette nouvelle encre. 

En effet, elle semble être plus allergène mais aussi plus cancérigène (le phosphore, utilisé dans cette encre spéciale, est un élément cancérigène) que l’encre habituelle. La plupart des salons de tatouages refuseront donc de vous faire un tatouage phosphorescent.

Cependant, si vous voulez toujours sauter le pas, quelques conseils sont de mise:

– Tout d’abord, vous devez savoir que les cicatrices seront plus voyantes avec cette forme de tatouage, car c’est habituellement l’encre noire qui cache les marques laissées par l’aiguille. 

– Ensuite, une autre forme de tatouage est possible, qui n’est d’ailleurs pas du tout cancérigène. Il suffit d’utiliser une encre réactive à la lumière noire, et non pas une encre phosphorescente. Le résultat est le même, le tatouage sera toujours visible en boîte de nuit par exemple, mais les dangers pour la santé sont moindres.

– Une dernière chose à savoir, c’est que les tatouages phosphorescents sont très durs à faire disparaître. Dans certains cas extrêmes, une opération peut être nécessaire pour se débarrasser du tatouage. Comme un tatouage normal, il est donc très important de réfléchir avant de sauter le pas. Ce n’est pas parce qu’il n’est visible que grâce à une lumière noire que vous ne vous en lasserez pas! 

Côté rebelle et  fantastique

Pour chacune de ses créations, il vient souligner certains contours et traits fins avec de l’encre invisible à l’œil nu. Les dessins vont ensuite réagir s’ils sont exposés aux rayons ultraviolets et à la lumière noire. Ces petits détails lumineux vont venir accentuer le dessin final en lui donnant un côté rebelle et fantastique. Un résultat étonnant et très créatif qui nous laisse tout de même en tête quelques questions sanitaires à propos de l’encre utilisée.

On vous laisse découvrir ci-dessous les intrigants tatouages de Jonny Hall, à retrouver sur son compte Instagram. Et si vous êtes amateurs de tatouages, nous vous invitons vivement à (re)découvrir ceux à effet doré de l’artiste sud-coréen Jooa ou encore l’artiste Tatu Panda qui ajoute une ombre pour renforcer le réalisme de ses créations.

Les incroyables tatouages à l’encre UV brillent avec un «UVealism» bleu avec une lumière noire.

Alors que les tatouages continuent d’imprégner les cultures, les tatoueurs innovent leurs conceptions et leurs techniques comme jamais auparavant. L’artiste Jonny Hall, utilise la lumière ultraviolette pour ajouter une lueur bleue à son art corporel réaliste. Il a surnommé l’approche UVéalisme – un mot-valise intelligent entre UV (ultraviolet) et réalisme. 

L’encre UV unique améliore les éléments du tatouage pour lui donner vie sous une lumière noire. Le sujet UVealism de Hall va des ailes d’anges dramatiques à un portrait de panda sur la peau. Dans chaque pièce, l’encre UV est utilisée comme accent, comme une bordure autour du design général ou comme des yeux brillants sur un visage humain ou animal. 

Les effets qui en résultent sont à la fois étonnants et surprenants ; Nous ne nous attendons pas à ce que les éléments intégrés dans la peau brillent. C’est comme sortir  d’une histoire de science-fiction. Hall explique son utilisation de l’encre lumineuse dans ses tatouages. «L’encre UV est différente de l’encre de tatouage noire ordinaire», dit-il dans un court documentaire, «c’est plus difficile à travailler et c’est beaucoup plus mince». Il admet qu’il n’est pas le premier à utiliser ce matériau spécial dans ses conceptions, mais il a repoussé les limites de son utilisation. «Mon idée était de mélanger des tatouages réalistes avec de l’encre UV». 

Ainsi, nous voilà plongés dans un univers assez particulier et à l’originalité artistique bluffante.

Bravo l’artiste! Preuve est de constater que l’art du tattoo n’a pas fini de nous étonner!

Bien que cette nouvelle technique de tattoo, née au USA, soit pour l’instant interdite en France et dans d’autres pays à cause des risques sanitaires qu’elle présente gardons à l’esprit que: «Les seuls tatouages réellement indélébiles sont ceux que l’amour grave dans nos cœurs» Bernard Willems-Driken.

Autres articles de presse

Les Vikings, le phantasme de la violence

Nul doute que l’Église est très influente à l’époque médié- vale. Jean-Michel Matz et Anne-Marie Helvétius le rappelle dans leur ouvrage «Église et société au Moyen-Âge». Au paroxysme de son pouvoir, elle a établi le long des côtes et rivières un grand nombre de monastères et d’abbayes. Ces bâtiments étaient habités par des moines pacifistes vivant en autarcie. Leur travail et la taille de leur bâtiment leur permettaient de stocker une grande quantité de ressources. Sa puissante influence en Europe la protégeait également de la convoitise des différents seigneurs locaux.

Lire l'article

James Cook (suite)

En 1768, la Royal Society charge James Cook, à bord du HMB Endeavour, d’explorer l’océan Pacifique sud avec pour principales missions l’observation du transit de la planète Vénus du 3 juin 1769. L’Endeavour, un trois-mâts carré du même type de ceux que Cook a déjà commandés est une embarcation solide et idéale en termes de capacité de stockage ainsi que pour son faible tirant d’eau, qualité indispensable pour s’approcher des nombreux récifs et archipels du Pacifique.

Lire l'article